Dans l’hôpital pour malade sentimental

  • Accueil
  • Dans l’hôpital pour malade sentimental

Dans l’hôpital pour malade sentimental

Partager
sûr

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Dans l’hôpital pour malade sentimental, on m’a prise en charge. 
Me nourrissant de courage en cherchant à guérir mon mal. 
Me sauvant d’une prise en otage, tentant de me faire tourner la page. 

Aujourd’hui je me relève, essayant de reconstruire ce qu’il reste de moi. 
Priant qu’on me débarrasse de toutes les parcelles qui restent de toi. 

Remerciant le ciel de pouvoir guérir après une douleur,
Et même s’il y’a eu plus de mal que de peur,
Je peux enfin tendre un long regard vers le meilleur. 

J’étais malade, d’une maladie que mon lit espérait incurable. 
Mes sentiments se heurtaient, dans une horrible et interminable parade, 
J’aurai voulu guérir seule mais j’en étais incapable. 

Épuisée d’amour, effrayée par la lumière,
J’essayais de donner en retour tout les sentiments qui m’étaient devenus poussière. 

Souvent seule dans le noir, je m’étais trop habituée à moi.
J’ai pris le temps de m’aimer d’un amour discret,
Je suis alors devenue mon meilleur allié.
Une relation qui rendait le mal muet, pendant que mon coeur écrivait.    

Partager celui-ci était devenu un combat sans bruit. 
Une nouvelle chance d’aimer résonnait comme une bataille sans pitié.
Je refusais l’accès à mon univers car tout ce que j’ai je le perds.
Et il était beaucoup plus facile de s’imaginer blessée que d’être soignée. 

Auparavant, dans un égoïsme pas assez grand,
J’avais laissé à autrui l’opportunité de me heurter profondément. 
Comment aurais-je pu faire taire ces sentiments ?
Mon coeur était bien trop petit pour abriter un désastre si violent.

J’étais beaucoup trop mauvaise en amour,
J’aimais trop fort
Et c’est bien le pire de nos jours,
D’offrir son âme et son corps,
Sans jamais rien recevoir en retour. 

Aujourd’hui, méfiante et tremblante je comprends que l’innocence d’un bon cœur est de croire que tout le monde en est également détenteur. 

Dans l’hôpital pour malade sentimental, les prescriptions se faisaient rares, Et les doutes apparaissaient tard le soir. 

Il pleuvait autant dans les coeurs que sur Paris un 26 décembre, 
Et les pleurs entrainaient tout le vacarme qu’une tornade engendre. 

Les patients y recherchaient en vain le plaisir existentiel, 
Rejetant désespérément ce qui de nuit, les appelle. 
Se demandant ce que le ciel pouvait bien faire pour leurs amours mendiants, 
Après avoir balayé leurs doux souvenirs d’un simple coup de vent.

Mais il y avait dans leurs têtes un vide en forme de peine,
Et nul à part elle ne pouvait le combler
En déclenchant ce bruit qui les assommait tel une sirène.

Dans l’hôpital pour malade sentimental, le matin était une victoire,
C’est bien pour cela qu’aucun patient ne se levait,
Plus aucune force pour croire,
Le sommeil était devenu la plus accessible des paix.
Tous sentiments évasifs du soir laissaient place à une tristesse matinale qui les succédait. 

Tandis qu’un commencement leur était devenu la plus pénible façon d’atteindre un changement,
Ils étaient trop occupés à se demander « est-ce que le Seigneur me ment ? ».
À trop se gratter la peau, on aurait pu voir leur plaies,
Ils saignaient à ne plus en savoir ce que cela signifiait. 

Mais ils ne savaient encore moins que dans la conscience de leur maladie, Ils étaient déjà à moitié guéris. 

Dans l’hôpital pour malade sentimental, j’ai été soignée quand j’ai arrêté de croire que la douleur a eu raison de mon cœur, 
Et que l’issue de ce combat mènerait constamment au même vainqueur.

Chacun son rythme de chagrin mais j’ai fait en sorte de me lever un lendemain. 

24

Cet article a 3 commentaires

  1. Ray

    Soins palliatifs ou curatifs reçus dans l’hôpital? LOL.Très pertinent thème abordé. Un 26 Dec à Paris…le lendemain de Noël: C’est très touchant et inoubliable quoique fut l’événement. Sans même l’avoir vécu, cela a fait accélérer mon rythme cardiaque. Courage pour la suite chère.

  2. Djato Nimomi David

    Belle plume, des métaphores et mots choisis méticuleusement pour nous faire promener dans cet hôpital sentimental… chapeau

  3. Victoire

    C’est très touchant.J’aime bien . chapeau

Laisser un commentaire