Je vais finalement partir

Je vais finalement partir

Partager
sûr

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Je vais finalement partir,
Atteignant mes limites de l’impossible et épuisé mon stock de sourires,
J’ai décidé de partir. 
Rebroussant chemin,
Déçue de n’avoir trouver ce que j’ai recherché en vain,
Je vais m’enfuir. 
Explorant d’un regard vide les alentours meilleurs,
Apercevant d’un oeil triste ma douce douleur.

La menace d’être changée en statue de sel n’aurait pas suffi à me l’interdire,
J’aurai pu accepter de mourir comme tel rien que pour te voir me retenir.
Les yeux injectés de sang je t’aurai cherché à tout vent,
Un dernier mot silencieux, qui je l’espère te serai parvenu à temps. 

Sèche tes larmes invisibles car je vais partir, je ne saurai te le dire alors j’essaye de l’écrire.

Il a fallu frapper à plusieurs reprises mon coeur amoureux avant qu’il ne se brise,
J’aurai quand même voulu que tu sois le pansement afin qu’il ne cicatrise. 
J’aurai voulu continuer à te serrer, histoire d’encore tout pardonner,
De sécher mes déceptions dans le creux de tes bras…
Il doit y en avoir toute une collection au même endroit. 

Mais à l’heure où la douleur dépasse l’envie,
Je passe la porte sans aucun bruit..
Les miettes de mon coeur se chargeront de pleurer toute la nuit,
Dans cette atmosphère vide où ma peine résonnera comme un cri.

Quel plaisir d’avoir créer ma propre plaie, et de l’avoir autant apprécié.
Quelle expérience d’aimer au point de se vider.
Car la personne dont j’avais le plus besoin m’a apprit à n’avoir besoin de personne,
Et à l’heure où j’écris je ne me souviens même pas de la sonnerie de mon téléphone.  

Quelle horreur d’avoir aimer un simple humain aussi fort,
Un humain qui n’échappera même pas à la mort,
Fait de déceptions et de pulsions, d’os et de mensonges,
Quelle honte quand j’y re songe. 

Un autre verre de vin pour noyer le chagrin,
Heureusement que mes larmes ne se voient pas,
Maintenant que je me noie. 
Je comprends enfin ce que c’est que de vouloir se tuer sans avoir envie de mourir,
Penser à demain sans vouloir dormir.

Mais maintenant que je sens la cigarette et la tristesse, 
Je veux me rappeler de chaque débris que l’amour me laisse. 
Et je parlerai à la lune quand je verrai ton reflet dans l’eau,
Jamais je ne cesserai de lui répéter à quel point je te trouvais beau. 

Je t’aurai aimé 1000 fois à répétition,
Mais pour le temps d’une fois,
Tu m’as anéantie de 1000 différentes façons. 

Mais maintenant qu’il faut mettre les voiles,
Je ne te vois plus dans les étoiles. 
Et peut-être qu’on a pas essayé assez fort,
Qu’au fond tu n’avais peut-être pas aussi tord.
Qu’il fallait un peu plus de sincérité dans notre « pour le meilleur et pour le pire »,

Pourtant ne pas m’avoir donné de raison de rester était une parfaite raison pour fuir. 

N’est-ce pas un peu trop tard pour les remords maintenant que j’ai enfin décidé de partir ? 

56

Cet article a 13 commentaires

  1. Samson

    Heartbreak ☹

    1. Djato Nimomi David

      Les affres de l’amour

  2. S- Ingrid

    Très beau texte mais aussi réel !❤

  3. Viannella

    Un beau texte qui fait écho à mon coeur❤

  4. Joannie

    Un message aussi fort, passionnel, touchant et aussi vrai personnel, ne peut que laisser paraitre la douce, et magnifique personne que tu es. La pureté de ton coeur.

Laisser un commentaire