Tomorrow isn’t promised

Tomorrow isn’t promised

Partager
sûr

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Un jour je m’en irai sans avoir tout dit,
Il se fera déjà trop tard pour un au revoir. 
Mais quand je m’en irai ne pleure pas,
N’agit pas comme si je n’avais jamais été là.

Ne publie pas de photos de moi,
Pour convaincre ton esprit de ce que tu n’es pas.
N’essaie pas d’arranger ton image aux yeux des aveugles,
De mendier un pardon auprès de ce même peuple.

Ne met aucun statut RIP,
Tu savais déjà comment la vie refusait que je l’agrippe. 
N’attends pas mon départ pour chercher à me revoir, 
N’attends pas ma fin pour te dire « j’aurai dû lui tendre la main ». 

Ce monde nous est tellement léger que notre insouciance nous pèse sans nous retenir,
On cherche à ce que notre destin se taise pour croire qu’éternellement, on va vivre. 

Il suffit d’un rien,
Des fois même d’un simple chagrin. 
Il suffit de peu pour que tout s’arrête,
Mais c’est ce qu’il faut pour marquer les têtes. 

Il suffit d’un échec,
Ou d’un coeur brisé. 
On a peur de nos obsèques
Sans vouloir agir pour les repousser. 

As-tu fais le bien ? En es-tu conscient ? 
Pourquoi c’est à l’annonce de sa mort que tu as soudainement un peu plus de temps ? 
Pourquoi c’est à l’annonce de la perte de sa vie que subitement tu entends ses anciens cris ? 

Pourquoi c’est après avoir vu son image en story que tu te rappelles qu’il était encore en vie ? 

Alors que les jeunes et la dépression font la paire,
Tout est beaucoup moins « ouf » quand on est suicidaire. 
La maladie de l’esprit, la mort involontaire du coeur, 
Le désastre émotionnel d’un poème aux vers qui se heurtent.
Ravages, et dommages qui peut réellement sortir indemne de cette cage ? 

On plante les graines de notre avenir en oubliant que Quelqu’un pourra nous punir quand sonnera l’heure de partir. 

Peu importe la religion,
Tout le monde peut reconnaître le mauvais du bon,
Mais tout le monde choisit ce qui lui est plus fiable, justifiable, impitoyable, 
Et c’est déjà ce qui nous rapproche du Diable.  

Combien de fois as-tu écris à ceux que tu aimes ?
Combien de fois as-tu consoler celui qui se noyait dans sa peine ? 
As-tu déjà tendu la main à celui qui ne souhaitait plus voir demain ? 
Ce n’est qu’un souhait avant qu’on ne se souvienne que la vie n’est rien. 

Combien de fois as-tu soutenu ton frère ?
Le maquilleur ou le tailleur ?
Celui qui vivait de ses rêves et de quelques peurs, pour ne pas que s’arrête son cœur ? 

Et ta soeur ?
La jeune entrepreneuse ou la blogueuse ?
Qui s’accrochait à quelques désirs que l’avarice commune faisaient mourir ? 

Au lieu de ça leurs doutes t’ont tendus l’arme,
Tu l’as aiguisée par ta parole pour les poignardés et les laissés au sol.

Éloignons nous des démons de l’envie,
Du maitre de l’oubli, pour mériter chaque seconde de notre vie. 
Rapprochons nous de l’autre, tant que nous sommes vivants,
Pour ne pas à la fin entendre que c’est de notre faute et que nous serons les suivants.

Un jour je m’en irai, espérant arriver saoule, en retard,
Remplie d’amour bercée par une mélodie jouée à la guitare. 
Espérant également avoir fait graver dans l’avis commun que le bonheur est propre à chacun.
Que Dieu a sûrement crée mon cœur un peu trop fort pour me contenter de choses qui placent le vôtre dans une mine d’or. 
Et que ce n’est donc pas une raison pour blâmer mon insuffisance de joie et de courage quand il n’y avait que « Me, Myself and I ». 

Un jour donc, je m’en irai sans avoir tout dit, 
Sans avoir dit que les rêves apaisent le cœur, 
Mais que dormir fait bien trop peur, 
Que le mythe est devenu la croyance au meilleur,
Mais que ce qui nous détruits ce sont bien les yeux trompeurs. 

Parce que tout le monde est solitaire avant d’être à plusieurs mètres sous terre.
Et c’est une incertitude certifiée que le plus puissant des supports réside dans la vie après la mort. 

53

Cet article a 4 commentaires

  1. Ben Kerbechrist

    Plume émotionnelle j’adore ! qu’elle rougisse les yeux mais ne les casse pas cette Vérité. Vivons heureux et aimons nous vivants, voilà donc le message saignant des larmes du cœur d’une collègue poétesse.

  2. Ray

    Merci VJM, pour cet hommage rendu par ta plume à qui l’on sait tous. Merci

  3. Gloria

    C’est magnifique

Laisser un commentaire