Folie amoureuse

Folie amoureuse

Partager
sûr

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Je suis longtemps rester là, à contempler le blanc de mon cahier.
Il est vrai que le thème que je veux aborder n’est pas réellement ce à quoi il est habitué. 
Pour garder une part d’authenticité, je commencerais avec ce que celui-ci voudrait : 

« L’amour est insupportable, c’en est même une plaie,
Il n’y a qu’une âme charitable qui confesserait qu’elle s’y plait.
J’ai une peur indéfinissable de l’amour.
Trop de gens ne comprennent pas le « toujours »,
Et y coupe trop souvent court.
Trop de gens s’arrêtent à l’usage des mots,
Et en définissent des sentiments par défaut. »

Et pourtant, je sens une forme d’allégresse me couler aux mains ce soir. 
Visiblement celles ci tiendront autres choses que des mouchoirs.
Je continuerai alors avec un différent discours :
« Mais avec lui j’ai des nuits plus belles que vos jours,
Des pleurs souvent entendus que par les sourds. 
Mon amour lui va si bien que je lui en donnerai un qui rendrait l’océan jaloux.
Je lui ferai vivre un enfer si doux que les anges y prendraient goût.
Car grâce à lui je vois de la beauté là où je voyais de la souffrance,
J’y entrevois un soupçon d’éternité et un brin de seconde chance. »

Je veux donc parler de l’ambition et du café noir.
Précisément, l’horizon d’une nouvelle histoire. 

J’ai appris à ne plus être seule, tentant de protéger un cœur brisé.
J’ai recouvert d’un linceul tous les terribles bribes de mon passé.
J’ai appris à ne plus camoufler les douleurs des ans derniers,
Afin de pouvoir connaître de nouvelles couleurs autrefois détestées. 

Je ne suis à aucun de vous,
Il n’y a qu’une seule âme à qui mon cœur se dévoue.
J’appartiens donc à un homme. 
Un seul. 
Qui ne partage pas,
Du moins, pas ce qui plait à votre oeil.
Vous n’êtes pas dignes de prononcer son nom,
D’entraver ou d’admirer ses parts de sophistication. 
Il est le soleil qui transperce une vie,
Tandis que vous n’êtes que des lucioles flottantes dans la nuit. 
Il est donc beau…
Loin d’être moche.
Ses mensonges sont faux,
Il m’a dans la poche. 
Ses yeux sombres abritent la plus claire des mers,
Agitée par des courants de subtilité,
D’intelligence mais surtout d’hospitalité. 

Il est bon dans sa méchanceté et cruel dans sa douceur. Persévérant dans les duels flatteurs car pour lui, le désespoir serait le suicide du cœur. 

Il vous serait impossible d’entrevoir le charme et la puissance,
Mais uniquement le calme de son élégance.

D’un seul regard il vous foudroie d’une douce et stridente décharge sentimentale,
Pourtant son cœur me parait vide et ses mains semblent sales. 

Sans même le toucher, j’ai connu l’énergie cinétique. 
Je l’aime, d’un ennuyeux amour poétique. 
J’ai l’impression d’être Icare et de voler trop près du soleil,
Car j’ai trouvé en lui un désir de vivre irrationnel.

Ses lèvres ont le goût amer des paroles d’amour connues à travers les anciennes, 
Pourtant, prennent un tout autre gout lorsqu’elles sortent des siennes.
Il n’y a qu’avec ses baisers que je comprends à quel point certains mots ne sont pas assez,
Il n’y a qu’a travers ses bras que j’étouffe le vacarme de mes pensées.

J’aurai pu être n’importe quoi sur Terre mais j’ai voulu être sienne. 

Dans un ultime verre de vin je goutte à la vie,
Réalisant que mon plus grand rêve se trouve désormais dans mes insomnies.
J’ai appris à avoir la patience d’analyser ses silences,
Jetant à la mer mon habituel excès de vigilance.

Je m’attarde sur la dernière partie de ce texte, 
Ne sachant plus comment étouffer mon envie de lui dire, 
Je considère donc cette fin comme le parfait prétexte, 
Un bon usage de ma façon d’écrire : 
« L’amour m’a rendue folle, m’a remplie d’une ivresse sans alcool.
J’ai plus d’une fois perdu le nord mais je n’ai cessé d’en demander encore.
J’ai pris le risque de voir mes murs intérieurs démolis,
De sécher des pleurs tout au long de mes nuits, 
Mais il est bien connu que les fous ne font que des folies. 
Et même si le bon sens m’a réellement fuis, 
Autant te dire que je t’aime bien plus que ce qui n’est permit. »

36

Cet article a 5 commentaires

  1. Ray

    Magnifique poème, facile à lire, plein de métaphores. Des tournures originales. Je m’y connais pas trop en poésie. Je me risque pas dans la critique, mais ton talent est savoureux,agréable plaisir de te lire et intense folie de recommencer. Tu as assuré.

    Quelques incompréhensions si tu permets: là où tu dis “ses mensonges sont faux” j’aurai préféré “ses mensonges sont vrais” puisqu’ en soi un mensonge est faux. Elle est très belle cette tournure” bon dans sa méchanceté, cruel dans sa douceur”. Ainsi t’aurais pu dire”vrai dans ses mensonges”

    “Ses lèvres ont le goût amer des paroles d’amour…” l’adjectif amer employé ici est risqué puisque c’est en contraste avec les douces paroles d’amour.
    Je trouve un beau mélange du portrait de l’être dont tu parles et de tes sentiments.
    Tu pars d’un imaginaire captivant et le titre y va bien avec.

    C’est une belle fin aussi que tu as assuré de manière graduelle.
    Excellent travail.
    Quelques fautes d’ortographes surtout quand tu essaies d’employer le conditionnel et le futur, ça modifie le sens, mais c’est normal les fautes.On peut pas tout corriger.
    Bonne continuation Vanessa.

    1. Vanessa JM

      Je ne saurai vous remercier assez pour l’étude que vous avez su donner à mon poème et qui a mené a ce commentaire constructif.
      En ce qui concerne “les mensonges faux” c’est une tournure afin d’exprimer une vérité qui m’apparait comme un mensonge de part d’une réticence sur l’amour.
      Pour le goût amer, sur un plan plus personnel il arrive que lorsqu’on ressente des sentiments pour quelqu’un et que ceux ci se trouvent être incontrôlables, on a un goût âpre mais doux car le sentiment nous berce dans une illusion que notre subconscient nous défend.
      Je pense que tout ceci fait la beauté de la poésie, le mystère de la compréhension et parfois de l’incompréhension. Merci encore pour le temps laissé à l’écriture de ce commentaire.
      Désolée pour les fautes d’orthographes je tâcherai de modifier cela.
      Au plaisir de vous revoir vous égarer sur mon site.

  2. Gloria

    Un très beau poème, Bravo

  3. Hiya, I am really glad I’ve found this info. Today bloggers publish just about gossip and net stuff and this is really annoying. A good blog with exciting content, that’s what I need. Thank you for making this site, and I will be visiting again. Do you do newsletters by email?

Laisser un commentaire