Bethsabée ou L’Éloge de l’adultère

  • Accueil
  • Bethsabée ou L’Éloge de l’adultère

Bethsabée ou L’Éloge de l’adultère

Partager
sûr

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Marek Halter, génie des religions, transcrit à travers ces écrits des histoires fondatrices en les maniant sous un angle qui reste toujours fidèle à la Bible. 

Dans Bethsabée ou l’éloge de l’adultère, l’écrivain nous plonge dans une épopée biblique relatant parfaitement les préjugés de l’époque et l’injustice faite aux femmes. En effet, une femme accusée d’adultère encourt la peine de mort qui était vue comme une punition divine mais un homme lui ne reçoit aucun châtiment. 

« Tu désobéis à Yhwh autant que moi. Mais toi, quand le jour viendra où ton peuple me montrera du doigt, tu demeureras impuni tandis que moi, la femme adultère, je n’aurai plus de destin. »
Les hommes sont les maîtres, détenteurs du pouvoir, sauvés par la loi machiste de l’époque, un adultère n’est pas dans leur vocabulaire, leurs aventures sont des conquêtes. 

Comme son nom l’indique, ce livre fait l’éloge d’un adultère poétiquement justifié par l’amour et le désir qui rongent les personnages principaux qui au début du livre ne se connaissaient même pas.
Les protagonistes sont Bethsabée, la jeune femme à la beauté qui exprimait une force et une arrogance ; David, le roi à la beauté indéniable et insolante ; Tseruga, la servante et Urie, l’absent négligeant, passionné des plaisirs de la guerre.

Marek Halter a su insérer des intrigues, des détails mais pas trop, il sait captiver le lecteur et le faire voyager au cœur de son histoire racontant les peines et les injustices que subissent les femmes. Je vous avoue que cet auteur parle tellement bien des femmes que j’ai cru au début qu’il en était une ! 

La citation phare que j’ai retenue est la suivante : « Ne sommes-nous pas tous égaux devant la face de l’Eternel ? Homme ou femme, Il nous créa. C’est écrit. »
En effet dans le livre, lorsque la sentence divine s’est abattue, ni la femme ni l’homme ne furent épargnés. 
Autrement dit, punition égale pour des êtres égaux. 
Même si la loi terrestre favorise plus l’homme que la femme, que celle-ci se voit démuni de pouvoir placé dans les mains de celui qui lui a été désigné de servir pour toute sa vie, aux yeux du Tout puissant, la loi touche tous ses enfants. 

Bethsabée est une femme forte, révoltée intérieurement par l’injustice qui entrave ses désirs. 
Dès la première page on sent la détresse d’une femme triste, blessée et totalement abandonnée par celui qui est « l’époux et le maître, celui qui décide, qui dit le juste et l’injuste dans sa maison. Celui qui sème et récolte. Celui qui peut donc faire comme bon lui semble » car elle, n’est que sa femme. 
Intelligente et d’après sa description, très belle, sa seule erreur fut l’amour incontrôlable qu’elle eut un peu plus tard pour son amant David, roi d’Israël. 
Bénis par l’amour qui les liaient mais punis par les principes moraux qu’ils transgressaient, les amants ont dû avoir recours a des stratagèmes pour s’en sortir devant les yeux du peuple mais n’ont pas échapper aux yeux de Dieu. 

Magnifique livre, très fluide et rapide à lire. Vocabulaire léger et une histoire entraînante qui en 118 pages nous fait savourer l’amour, la passion, la religion mais également frissonner face à la trahison, la vengeance, les prophéties et même la mort. 

29

Cet article a 2 commentaires

  1. Fifi

    Quand on est « que » femme pour l’un mais qu’on peut être SOI avec l’autre, c’est difficile de dire non à certains égarements.
    Je trouve cet article intéressant. Bravo Vanessa

  2. Gloria

    Heureusement que Dieu maintient cet équilibre dans son jugement autrement “la femme” serait perdue!

Laisser un commentaire